Fantastique·lu en VO·Magie

#3 The queen of nothing — Holly Black

the queen of nothing

 

 

 

Auteur : Holly Black

Genre : Fantastique, Magie

Pages : 300

Editions Little, Brown and Company

 

 

 

 

— Résumé —

« After being pronounced Queen of Faerie and then abruptly exiled by the Wicked King Cardan, Jude finds herself unmoored, the queen of nothing. She spends her time with Vivi and Oak, watches her fair share of reality television, and does the odd job or two, including trying to convince a cannibalistic faerie from hunting her own in the mortal world.

When her twin sister Taryn shows up asking of a favor, Jude jumps at the chance to return to the Faerie world, even if it means facing Cardan, who she loves despite his betrayal.

When a dark curse is unveiled, Jude must become the first mortal Queen of Faerie and uncover how to break the curse, or risk upsetting the balance of the whole Faerie world. »

 

chronique du tome 1

chronique du tome 2

(saga terminée ✔)

 

Il me tardait de me plonger dans the queen of nothing, et ce dès l’instant où j’ai terminé le second tome. Et pour cause ! La fin de ce dernier avait de quoi me surprendre.

Je décrirais ce tome comme haut en couleurs et en odeurs. Et cela est sûrement dû à la plume de l’auteure, car Holly Black ne lésine pas sur la précision et offre à ses lecteurs une panoplie de détails sensitifs qui ornent le monde de Faerie. J’ai beaucoup apprécié ce tome, qui aura su me fasciner — autant de par ses intrigues et rebondissements que par ses personnages qui en valent le détour. J’ai cependant un peu fait la moue en constatant que la trame semblait plus engluée, plus brouillon que celle des précédents livres. J’avoue avoir déjà mentionné ce même point dans le second tome, the wicked king, mais cette impression s’est faite encore plus forte ici. 

 

« It’s you I love », he says. « I spent much of my life guarding my heart. I guarded it so well that I could behave as though I didn’t have one at all. Even now, it is shabby, worm-eaten, and scabrous thing. But it is yours.

 

Jude est une femme indépendante, forte, le genre de celles que j’adore lire, mais avant tout elle n’est pas parfaite. Elle fait des boulettes, apprend de ses erreurs et tire ses propres conclusions, bref : j’adore. Sans compter sur le fait qu’elle évolue à son rythme tout le long de la saga, et fini à l’image d’une vraie reine. Cardan de son côté a perdu un peu de son sarcasme, il faut le dire, mais cela ne l’a en rien fait descendre dans mon estime. Enfin, je ne mentionnerai pas le reste des personnages dont la grande majorité a — presque — complètement disparu de la surface de la Terre, et dont les interactions sont devenues quasi nulles dans ce dernier tome.

Pour ce qui est de la romance, je l’ai trouvé tout de même assez présente, mais j’imagine qu’elle constitue la suite logique des évènements, alors je ne vais pas blâmer l’auteure pour ça.

 

Pour conclure, je me souviens encore de la première fois où j’ai commencé cette saga. J’avais longtemps hésité avant de le faire, bien qu’elle me paraissait être de celles dont je raffole, et je ne regrette pas de l’avoir commencé, ni de l’avoir fini. J’ai passé d’excellents moment aux côtés de Jude et Cardan, et je n’oublierai pas de si tôt l’univers magique et intriguant de Holly Black. [16/20]

Sur ce prenez soin de vous,

 

tryskell

 

 

2 commentaires sur “#3 The queen of nothing — Holly Black

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s